Autumn’s Journey – Amitié, chevaliers et dragons

Autumn’s journey est un visual novel gratuit paru le mois dernier. Il est classé en otome, au sens que le personnage principal est de sexe féminin et que la majorité des autres sont de beaux garçons.

Le triplet otome/court/gratuit n’est pas si rare que cela sur les forums de Lemma Soft, où des sorties de ce genre se produisent assez régulièrement, avec bien sûr un gros pic au moment du NanoReno. Malheureusement, à cause de la loi de Sturgeon, la qualité et l’intérêt ne sont pas toujours au rendez-vous. Cependant, vous vous doutez que si cet article existe, c’est qu’Autumn’s Journey échappe à cet écueil.

Cette création était initialement un NanoReno 2013, mais qui n’a pas pu être fini à temps. Mais le projet n’a pas été abandonné pour autant, et avec plus d’un an de retard, il prouve que parfois, cela vaut le coup d’attendre.

Le premier constat dès le lancement du jeu, c’est que c’est beau.

Cela inclue les CGs, les sprites des personnages, les nombreux chibis qui illustrent les scènes de moindre importance, mais aussi toute l’interface qui a été délicatement peinte aux couleurs du jeu. Cela peut paraître un détail, mais c’est un des ces détails qui contribue fortement à l’aspect achevé du résultat final, au sentiment qu’il est le fruit d’un long travail minutieux fait avec amour. La dessinatrice principale, Beatriz « Deji » Garcia, est une habituée de l’exercice, et ne fait pas honte à son talent.

Écran d'accueil d'Autumn's Journey

Quand l’écran d’accueil se permet le luxe d’avoir une animation de feuilles qui volent en arrière-plan, c’est généralement bon signe sur le degré de finition.

La musique est également une réussite. Ce sont principalement des thèmes calmes, reposants, de bonne qualité. Même s’ils ne m’ont non plus convaincus d’acheter l’OST, ils s’écoutent sans déplaisir et ajoutent à l’ambiance détendue, sereine de la lecture.

Lecture qui ne sera pas excessivement longue. Entre une et deux heures selon votre rythme et votre niveau d’anglais (personnellement, ce VN m’aura appris le mot buoyancy). C’est cependant suffisant pour caser une histoire complète se déroulant dans plusieurs lieux géographiquement espacés (forêt, village, caverne, ville…) et s’étalant sur plusieurs mois sans qu’elle ne paraisse passée en accéléré. Elle se permet même d’être divisée en une demi-douzaine de chapitres.

Pour en donner un synopsis rapide : tout commence lorsqu’Auralee, fille de Bayard, la chevalière sans peur ni reproche, et elle-même apprentie chevalière, découvre, alors qu’elle patrouillait dans la forêt, un dragon. Enfin, un dragon sous forme humaine, tout juste reconnaissable à ses étranges oreilles, et privé de la plupart de ses pouvoirs. Démarre alors une quête pour lui rendre sa forme originelle, qui s’entrecroisera avec l’apprentissage d’Auralee et la découverte du monde par un autre dragon curieux, Ilmari.

L’écriture est solide, le rythme est bon et les dialogues sonnent juste. Là encore, rien à dire. Ce n’est certes pas du VN épique en 40 heures, il n’est pas d’une originalité transcendante dans les concepts qu’ils brassent, mais il y a tout ce qu’il faut pour passer un bon moment.

Les personnages principaux sont fort sympathiques. Ils ont tous une personnalité bien définie, héroïne comprise, des motivations propres et du caractère. Certes, c’est un peu le monde des Bisounours car ils sont tous fondamentalement gentils, mais personnellement j’aime bien un peu de naïveté et d’innocence de temps en temps. Un simple regret que dame Bayard, quatrième et dernier personnage disposant de son propre sprite, ne soit pas plus présente.

Discussion entre une héroïne survoltée et un dragon blasé

Kerr vient de commettre l’erreur fatale de demander à l’héroïne pourquoi elle désirait tant l’adoubement.

En terme de gameplay, c’est assez classique. En-dehors d’une sélection de missions plutôt originale et réussie via un tableau de parchemins punaisés, cela se limite à un ou deux choix par chapitre, et, à la toute fin, l’accumulation de ces décisions ouvrira l’une des trois fins. Il n’y a pas d’arcs ou de grosses divergences en cours de route, juste quelques scènes bonus à débloquer.

Et s’il y a bien sûr possibilité de romance avec l’un des deux dragons, il est à noter que, pour une fois, la fin où ils restent simplement amis est aussi une bonne fin, et qu’elle est complète. Vous n’aurez pas à subir injustement un game over éclair ou une conclusion tronquée et bâclée si vous ne réussissez pas à conquérir.

Pour citer un dernier point presque anecdotique, le jeu dispose d’un doublage minimal, c’est-à-dire que certains onomatopées et interjections basiques sont doublés et utilisés pour ponctuer des phrases. Kerr lâchera parfois ainsi un « What the hell! » pour exprimer son déplaisir. Personnellement, c’est un astuce que je trouve un peu gadget, mais elle a le mérite d’exister.

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé Autumn’s Journey. S’il n’est pas exceptionnel, au sens qu’il ne détrônera pas les maîtres du genre, bien trop court et classique pour cela, c’est tout de même un peu petit jeu très bien fait, sans prétention extraordinaire mais réalisé avec amour, et qui vous fera, je l’espère, passer un bon moment.

Et en plus, c’est gratuit. Alors allez-y.

Skarn

Publicités

2 réflexions sur “Autumn’s Journey – Amitié, chevaliers et dragons

  1. Tiens, j’étais pourtant à peu près sûr d »avoir rempli la case « Your Name » du formulaire. Y a-t-il eu un bug ou suis-je vraiment distrait à ce point ?

    J'aime

    1. Tu n’es pas distrait, c’est le plugin qui est un poil capricieux ^^ »
      Merci d’avoir commenté, comme ça j’ai pu mettre un nom sur l’auteur et rendre dignement justice à l’article. Et merci de ta critique, bien sûr =D

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s